Et si on jouait au lieu de pratiquer ? 10 façons d’agrémenter la pratique instrumentale !

Pour que la pratique d’un instrument entre les cours soit efficace, il faut y ajouter certains ingrédients ! Et oui, pour nourrir l’amour de notre instrument au fil des années, il faut que ces rendez-vous se traduisent en un contact positif, constructif, agréable et bénéfique, qui nous donne hâte à la prochaine fois ! « Jouer » de la musique permettra alors de développer notre persévérance, mais aussi notre fierté, notre créativité et aussi notre rigueur, notre goût de s’isoler autant que de partager notre talent. Voici quelques pistes pour vous guider !

  1. On touche à un éventail d’activités musicales différentes dans la même séance de pratique (5-10 minutes chaque, en alternant selon notre temps total de pratique)) : répéter une pièce connue, améliorer un petit bout difficile d’une autre pièce, trouver les notes d’une pièce qu’on aime à l’oreille, déchiffrer une nouvelle partition, inventer une mélodie, choisir des façons originales de jouer des choses plus ennuyantes (ex. : jouer une gamme avec des caractères très contrastants), etc.

  2. On s’aide à jouer le mieux possible : on choisit le bon endroit, au bon moment, la bonne durée. On est réaliste dans notre fréquence et durée de pratique, pour être sûr de garder notre routine.

  3. On adapte notre pratique à notre personnalité ! La durée de chaque séance et ses segments doivent respecter notre niveau d’énergie, notre concentration, notre intérêt. L’important, c’est que chaque aspect nous aide à progresser, et qu’on y prenne plaisir !

  4. Paris ne s’est pas construite en 1 jour ! On choisit des buts pour nous motiver à nous dépasser, mais on apprécie chaque pas et chaque étape pour y arriver. On se décourage, c’est normal ! On rejoue une ancienne pièce qui jadis nous donnait du fil à retorde pour réaliser à quel point on s’est amélioré depuis !

  5. Vive les encouragements ! On cultive l’art de reconnaître nos bons coups, de souligner l’effort, et on profite de chaque embûche pour trouver de nouvelles solutions ! Pour les enfants qui apprennent un instrument, le soutien de l’entourage joue un rôle primordial, mais il est important aussi de leur enseigner à poser un regard constructif sur ce qu’ils jouent.

  6. On nourrit notre motivation en écoutant et regardant des artistes que l’on admire, ou encore en faisant de nouvelles découvertes musicales.

  7. On développe notre autonomie en faisant nos propres choix musicaux, en décidant de l’ordre de nos segments de pratique ou du prochain défi à réaliser.

  8. On partage le fruit de notre travail ! Soit en présentant une petite pièce à l’entourage, ou encore en jouant avec d’autres. La pratique personnelle peut être longue et lassante au fil du temps, mais en ayant un projet de groupe, c’est également plus motivant !

  9. On a les « bleus »? On en parle ! À l’entourage, à notre professeur…le parcours d’un musicien est parsemé de découragements, et il ne faut pas les banaliser. Un regard extérieur nous permettra d’y voir plus clair !

  10. On se garde 3 minutes à la fin de notre séance pour notre « dessert musical »: ce qu’on préfère le plus, même si ça fait 100 fois qu’on joue la même pièce ! Même si ça veut dire jouer « Stayin’ alive » au violon ou encore la chanson de « Caillou » au piano ! Pour finir, on prend un petit 30 secondes pour se féliciter d’avoir mis de l’effort et de l’attention dans notre séance de pratique !

Voilà, en espérant vous avoir donné un petit coup de pouce !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *