Chantez à votre bébé, avant même son arrivée!

J’ai chanté lors de mes deux grossesses. Lors de la première, je chantais régulièrement dans une chorale, et je dirigeais même parfois quelques pièces. C’était bien drôle de voir ma bédaine se tortiller au son des chansons! Lors de ma deuxième grossesse, je chantais surtout des berceuses à ma fille pour l’endormir, et mon garçon dans mon ventre en profitait joyeusement. Mes enfants aujourd’hui encore baignent dans un univers musical, pour leur plus grand bien et bonheur! Voici pourquoi je vous encourage à chanter en étant enceinte, même avec votre conjoint!

Pourquoi chanter ?..

Avez-vous déjà remarqué à quel point on se sent bien après avoir chanté ? Que ce soit à tue-tête dans l’auto ou dans la douche, en murmurant notre mélodie préférée en marchant, en entonnant un mantra ou une voyelle lors d’une séance de méditation, ou encore avec d’autres personnes lors de célébrations joyeuses (anniversaire, sport d’équipe, chorale), le chant procure en général un très grand bien-être. Voici pourquoi : il sollicite notre capacité respiratoire, donc alimente davantage notre sang et nos organes en oxygène. Il exige un tonus musculaire du diaphragme, des abdominaux, des muscles intercostaux et même du périnée. Il permet à notre corps de se détendre grâce aux vibrations de notre voix. Il nous ramène directement à l’expression de nos émotions, à des souvenirs profonds et à des sentiments puissants. De plus, lorsque l’on chante en groupe, il permet d’établir des liens sociaux positifs et durables. Sans oublier que le fait de chanter chasse rapidement nos idées noires, nous ramène dans l’instant présent, et harmonise autant nos dimensions affectives, intellectuelles, physiques que spirituelles.

Et pourquoi chanter plus spécifiquement durant la grossesse ?

Tout d’abord, il y a de nombreux effets positifs sur la mère. Comme nous avons vu plus haut, les bienfaits physiques sont notables : meilleure respiration, détente et tonus, meilleure conscience du corps, notamment du périnée, des abdominaux, du diaphragme, et développement d’une posture tonique et bien alignée. De plus, tous les aspects psychologiques sont également importants : réduction de l’anxiété et du stress, meilleure confiance en soi, préparation à l’accouchement (meilleure concentration, gestion de la douleur, focus sur un aspect positif), et surtout l’approfondissement du lien d’attachement et la préparation de la venue du bébé.

De plus, il y a des bienfaits pour le couple. Lorsque les deux parents harmonisent leur voix, ils créent une communion entre eux et leur bébé : ils vibrent ensemble, ils développent une écoute nouvelle, une confiance, une complicité, qui renforcera leur lien lors de la grossesse, de l’accouchement, et des premiers jours de bébé.

Pour le père, la participation est primordiale. En effet, même si la voix du père est extérieure, ce sont d’abord les fréquences graves qui sont perçues en premier par l’oreille. Donc, un père qui chante régulièrement à son enfant lors de la grossesse de sa conjointe aura déjà établi un lien d’attachement fort, ainsi qu’un sentiment de sécurité et de confiance pour son bébé.

Avec tous ces bienfaits pour la mère, le père et le couple, le meilleur reste à venir, c’est-à-dire que celui qui en profite le plus est probablement le bébé !

L’ouïe est le sens le plus aiguisé du foetus. L’audition foetale commencerait entre la 26e et la 28e semaine. Le corps de la mère sert de caisse de résonnance pour amplifier sa voix, et le foetus perçoit par sa fine peau les vibrations sonores transmises par le liquide amniotique. Vers 5 ou 6 mois, il perçoit certains sons provenant de l’extérieur : voix (surtout les intonations), musique (surtout le rythme et les basses), etc. Le chant de ses parents durant la grossesse le prépare pour l’événement majeur qu’est sa venue au monde. Imaginez le changement drastique pour le bébé lors de l’accouchement : alors qu’il était au chaud, dans un environnement sombre, entouré de liquide, nourri et protégé, il se retrouve tout d’un coup à l’air frais qu’il doit respirer, à la lumière vive, il se fait prendre par des mains inconnues, entend une panoplie de sons complètement étrangers…mais tout à coup, il reconnait le son et la vibration de la voix la plus rassurante qui soit : celle de sa maman, puis celle de son papa. Même s’il les entend d’une façon un peu différente, il les reconnait ! Enfin, il a un repère, un des seuls qui le relie à sa vie intra-utérine ! Lorsqu’il aura un malaise, sera apeuré, triste ou anxieux, la voix de ses parents chantonnant une berceuse familière, entendue durant des mois, amènera réconfort, détente, confiance.

Sur d’autres plans, le chant prénatal amène également des bienfaits notables sur le développement de l’enfant. Comme nous avons dit plus haut, l’ouïe est déjà développée au 5e mois, ce qui permet à l’enfant non seulement de reconnaître la voix de ses parents, mais de se familiariser avec la rythmique des mots propre à la langue maternelle, avec le sens mélodique, le sens rythmique, en plus de développer sa mémoire. Eh oui, toutes ces belles mélodies resteront gravées dans sa mémoire, et vous serez surpris de le voir les reconnaître quelques mois plus tard. N’oublions pas aussi que tous les moments de détente, de bien-être, de confiance vécus par la mère durant la grossesse auront un impact positif sur le développement de son bébé.

Comment intégrer le chant durant la grossesse ?

Combien de mères et de pères n’osent pas chanter, par timidité, peur d’avoir l’air ridicule ou manque de confiance ? Et pourtant, c’est une des choses les plus naturelles qui soit ! Murmurer, chantonner une berceuse de notre enfance nous ramène instantanément à des moments doux et tendres (en général). On doit laisser de côté le côté performance, comme nous montrent les innombrables concours télévisés, mais plutôt se concentre d’abord et avant tout sur le lien affectif avec le bébé, ce qu’on veut lui transmettre par la voix.

Voici quelques pistes pour vous guider :

  • Prendre une inspiration longue, puis expirer en faisant MMmmmmm (comme lorsqu’on trouve un met délicieux) en visualisant une image joyeuse avec son bébé. Puis la même chose en faisant un AAAhhhhh! plutôt rapide, comme lorsqu’on veut se libérer des tensions de la journée. Reprendre le MMmmmm plus doucement qu’au début, comme un murmure, toujours en visualisant une image joyeuse avec son bébé.
  • Chanter des voyelles prolongées, en variant l’intensité (doux, fort). D’abord sur une note tenue, puis en glissando (chanter du grave à l’aigu, puis de l’aigu au grave). Explorer les sensations et vibrations ressenties dans tout le corps.
  • Chanter des mantras, assis, en se berçant d’avant ou arrière, ou de chaque côté.
  • Murmurer, puis chanter une berceuse en s’adressant directement au bébé.
  • Choisir une chanson où l’on peut inclure le prénom du bébé (s’il est choisi) et le nom des parents.
  • En chantant, la mère ou le père tapote doucement le ventre de la mère, en suivant le rythme de la chanson.
  • Lors des médiations ou des visualisations, incluez des sons, des murmures (humming), des voyelles, mantras ou mélodies pour libérer les émotions, transformer les émotions négatives face à l’accouchement (peur, anxiété, stress, doutes) en émotions positives (confiance, sentiment de contrôle, détente, joie).

L’important est d’y aller simplement, sans grande cérémonie ! Un peu à la fois, et de l’intégrer à plusieurs petits moments dans la journée. Le corps de la femme est en pleine transformation durant cette période, alors de retrouver le contact avec sa voix et ce nouveau corps par le chant est une façon positive d’apprivoiser toutes ces nouveautés. Finalement, les mélodies choisies auront toujours une connotation unique, spéciale et inoubliable pour la mère, le père et l’enfant.

Et maintenant, chantez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *